BELUGUETA > POESIE

Les textes sont écrits par Lisà Langlois Garrigue

TIZIA

Pastra de déla l’aiga

rasiga de l’autra riva

santa vieja de l’escura

jos ton mantèl negra de flors

 

Ton còr s’escapa de pèr ta boca

chaval salvatge tòrt d’escruma

la nueit tos cants engolisson lo monde

ueilhs desviratz de pregaria perduda

 

E quand lo matin te torna trapar

t’en vas amassar tas crabas

plenas de lach e de folià

te dublidas per un moment en doçor mairala, amorosa

 

E ritz de ton rire de tròn

e ritz de ton rire de peira

 

Granda femna te tenes drecha

e ta boca, encara ela

susa un brama, brama una susa

que me crèva lo ventre

de pena e d’amor nafrat

 

Cremas pastra amé ton tropèl

es vertat que sias la reina

dels olius coma del vent

e ta man per tant qu’es forta

engruna ço qu’agantas

 

Bergère d’au delà de la mer

racine de l’autre rive

sainte vierge des obscurités

sous ton manteau noir de fleurs

 

Ton cœur s’échappe de par ta bouche

cheval fou tordu d’écume

la nuit tes chants engloutissent le monde

tes yeux tournés vers une prière perdue

 

Et quand le matin te rattrape

tu t’en vas rassembler ton troupeau

tes chèvres pleines de lait et de folie

tu t’oublies un instant en douceur maternante, amoureuse

 

Et tu ris de ton rire de tonnerre,

et tu ris de ton rire de pierre

 

Grande femme, tu te tiens droite

et ta bouche, encore elle

qui me crève le ventre

d’un cri empli de peine

de tant d’amour déçu

 

Tu brûles bergère, avec ton troupeau

en vérité tu es la reine

des oliviers et puis du vent

mais ta main, pour autant qu’elle est forte,

brise ce dont elle tente de se saisir.

SUS LA MAR

Sus la mar, cal partir per lo grand voiatge

sus la mar, per jamai s’en tornar

s’abandonar los pès vièlhs

daissar la carn malauta

 

Bèlas jòias, paur prigonda

enfants, amor, rancòr, tambour

cada agach, cada pena

la paraula que te sarrava la gòrja

 

Delaçar una a una, las estacas d’aquela vida

 

Ara pas que lo cèl d’en pertot, dins aquel voiatge

lo secrèts valon pas res

la rabia se fond dins lo blau qu’engolis tot